L'observance

L’Histoire de L’Observance



Situé dans le quartier ancien de l’Eqteil, l’histore de ce bâtiment est liée à la Collégiale Notre Dame du Miracle. Le 24 mars 1320, un jeune garçon accusé par sa mère d’avoir commis un crime « contre nature », avait été condamné à être brûlé vif.

À la mise à feu du bûcher, il s’était tourné vers la statue de la vierge et l’avait implorée. La vierge avait défait ses liens et le jeune homme était sorti des flammes. Il a été remis sur le bûcher et le miracle s‘est produit une deuxième fois. De cet événement, la place, la rue et même la porte (aujourd’hui Saint-Roch) prirent le nom de Miracles. Une église gothique, Notre-Dame des Miracles, y fut construite en 1326 suite à une bulle de Jean XXII qui avait accepté ce miracle.

Ensuite, cette chapelle fut transformée en monastère pour les Repenties, qui fut sous le vocable de Sainte-Marie L’Égyptienne. En 1575, ce lieu fut occupé par les Minimes, du nom de l’ordre monastique fondé par Saint-François de Paule en 1452 à Cosenza, et introduit en France sous Louis XI. Richelieu, pendant son exil à Avignon du 15 mai 1618 au 7 mars 1619, traversait la ville (il vivait à l’hôtel de Beaumont, qu’il avait acheté, situé rue de la Croix pour venir y dire une messe. La façade a été refaite en 1745. Les Minimes sont partis après la Révolution.

Puis, l’église fut vendue comme bien national et eut plusieurs affectations : une caserne, un horticulteur, une fabrique de robinets et, depuis 1930 environ, une fabrique de pompes de la marque Grillot.



/fr

Jardin et piscine



Le jardin a une piscine ainsi que des Lounger “Luxembourg” à votre disponibilité. Un havre de paix arboré de 500 m² au coeur de la ville pour se détendre.